Journal de bord

Un rendez-vous important

rendez-vous-important

Bonjour à tous !

Aujourd'hui, je vous dress un petit compte-rendu de ma recherche d'entreprise.

Comme je l'ai écrit dans "mon défi fou cinéma", je compte faire un Bachelor gestion production pour acquérir des compétences en production. Pour cela, il faut que je trouve une entreprise qui accepte de me prendre en contrat de professionnalisation, ce qui n'est pas chose.

J'ai récemment eu un rendez-vous dans une grande boîte de production française.

Alors que je suis encore chez moi et que je veux imprimer des CV et d'autres documents, je me rends compte que l'imprimante n'a presque plus d'encre... Elle accouche de feuilles dont le rendu laisse à désirer...

Mais ce n'est pas grave, je ne vais pas laisser ce petit contre-temps gâcher ma journée !

Je me rends donc tranquillement à la boîte de production qui se trouve par chance, dans ma ville ! Sauf qu’au bout de dix minutes de marche, je m'aperçois que la rue où se situe l'entreprise n'est située là où je le pensais...

Là, je commence à paniquer... J'aborde un businessman qui a la gentillesse d'utiliser son Iphone pour m'indiquer où se situe la rue. Elle est à l'opposé de l'endroit où je me trouve et j'ai rendez-vous dans cinq minutes...

Habillé de ma veste superbement coupée, d'un jean cintré à la perfection et d'une jolie paire de chaussures, je me mets à courir comme je n'ai jamais couru !

Quinze minutes plus tard, ruisselant de sueur dans mes beaux vêtements, j'arrive dans les bureaux de l'entreprise.

Je demande à l'accueil la personne avec laquelle j'ai rendez-vous... J'apprends qu'elle n'est pas encore arrivée. Elle m'avait prévenue de son retard, mais évidemment, j'avais oublié mon portable.

Le temps de sympathiser avec un jeune trentenaire, un des membres de l'équipe de mon rendez-vous vient me chercher. Il me conduit dans les magnifiques bureaux du sixième étage et me fait asseoir sur un très beau canapé en cuir vert.

Le producteur avec qui j’ai rendez-vous arrive, plaisante sur mon retard.

Il m'emmène à la machine à café et m'offre un thé (ça m'a agréablement surpris), un de ses collègues arrive et ils se mettent à discuter boulot.

Je ne m'offusque pas le moins du monde, au contraire, j'aime voir des pros parler entre eux ! Après s'être excusés de m'avoir fait attendre, son collègue et lui m'emmènent sur la terrasse et commencent l'entretien.

Je me présente brièvement en parlant de mon expérience en tant que réalisateur et comédien, de mes deux années de faculté de cinéma, en employant l'expression "Masturbation Intellectuelle" (ça les a fait rire !).

Je parle tout aussi maladroitement du blog et de son concept. Le producteur me dit à brûle-pourpoint et d'un ton provocateur : "Ah, tu ne te prends pas pour de la merde !". Là, j'étais déstabilisé, je le reconnais...

Heureusement, il enchaîne vite et nous parlons de mon embauche. Il m'explique que sur le principe, c'est bon mais qu'il faut qu'il regarde s’il a le budget nécessaire pour me payer un salaire.

Après vingt minutes de rendez-vous, il me raccompagne très courtoisement (voire amicalement) à l'ascenseur.

Au final, le rendez-vous s'est plutôt bien passé. Comme je le pensais, il ne faut pas être timide dans le monde du cinéma. Le producteur m'a d'ailleurs plusieurs fois provoqué (pour me tester ?) et je pense avoir relativement bien réagi sauf pour le fameux "Tu ne te prends pas pour de la merde !"

J'obtiendrai la réponse en fin de semaine. J'espère pouvoir avoir ce poste et acquérir de nouvelles connaissances en production. Puis, évidement, les partager sur "apprendre le cinéma" !

Comme d'habitude, je serai ravi de vous voir réagir à cet article qui, pour une fois, parle plus de moi que de cinéma ;) .

Romain









6 Commentaires


  1. Que ce soit dans le ciné ou ailleurs, les petites galères des entretiens sont toujours les mêmes ^^. En tout cas, je croise les doigts pour toi.


  2. Merci Beaucoup Squizz.

    Ça fait maintenant une semaine et je n’ai toujours pas de réponse, et pourtant ce n’est pas faute d’avoir relancer. Je vais continuer cette semaine et après j’aviserai.


  3. Il ne faut pas hésiter à « relancer » pour montrer ta motivation.
    Et puis pour le « tu ne te prends pas pour de la merde »… tu aurais dû demander poliment en quoi tu ne te prenais pas pour de la merde… Ton à propos signale que tes amis et toi cherchez à progresser, à apprendre… donc, rien de prétentieux à ça.
    Enfin, je pense que la familiarité dans ce milieu est de bon ton… ça peut surprendre, choquer et même déplaire. Ils se prennent tous pour tes potes, mais ce n’est pas forcément vrai.


  4. Bonjour Pascal, merci de ton encouragement. Pour ce que est de relancer, j’ai essayé de le contacter plus d’une vingtaine de fois sans réponse. Il m’a néanmoins quand même, récemment envoyé un texto spontanément pour me poser une question pratique sur ma formation. Je garde donc encore espoir.


  5. A certains rendez-vous sont difficiles à gérer niveau stress, en tous cas bon courage pour la suite Romain!


  6. Bonjour Pascal, merci de ton encouragement. Pour ce que est de relancer, j’ai essayé de le contacter plus d’une vingtaine de fois sans réponse. Il m’a néanmoins quand même, récemment envoyé un texto spontanément pour me poser une question pratique sur ma formation. Je garde donc encore espoir.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>