Le son au cinéma

Le son au cinéma

La musique et le son au cinéma sont deux outils largement sous-estimés par le grand public, qui souvent ne sait pas qu'elle véhicule autant de sens si ce n'est plus que les images. Une image n'aura en effet pas le même sens en fonction du son qui lui est accolé.

Dans cet article nous allons voir quelles sont les utilisations et appellations des différents outils sonores.


Les sons

Son comme nous le voyons ici veut dire tout ce que nous entendons, c'est-à-dire que dans les sons nous comprenons musiques, dialogues, ambiances, bruitages ou simples sons.

Son "in"

On appelle son "in", le son qui provient d' une source visible à l'écran, cela est par exemple la voix des acteurs.

Le son hors-champ

C'est le son non visible à l'écran mais qui appartient quand même à la la narration.

Comme on dit un exemple vaut 1000 mots (Normalement c'est un silence mais on y reviendra dans un prochain article ;) )

Pardonnez-moi pour cet exemple en VF... (vous remarquerez qu'on retrouve le doubleur de SHERYU et YOGA dans "Les chevaliers du Zodiaque" :)

Dans cet extrait le son "in" serait la voix des différent personnages et le son hors-champ tous les sons d'ambiance tels que les bruits de machines, par exemple.

Le son "off" ou "over"

Le son peut également être "OFF" ou "Over". C'est-à-dire que la source qui émet le son n'est non seulement pas visible à l'écran, mais également non présente dans la narration. Il est généralement mis en place pour renforcer le sens d' une image.

Généralement les sons "over" sont surtout des musiques et très rarement des sons à proprement parlés, qui eux avaient plus la cote dans les années 40 mais qui font maintenant kitchs.


La musique

La musique est une forme de son qui est très souvent utilisée et qui permet là aussi de donner un sens particulier à la narration.

La musique de fosse

La musique de fosse est une musique non visible à l'écran et présente dans la diègèse (ou narration). C'est donc un son "Over".

La musique d'écran

La musique est cette fois-ci présente à l'écran et donc dans la narration, les personnages sont censés l'entendre. C'est donc un son "in" ou hors-champ.

Il arrive parfois que la musique d'écran et la musique de fosse se confondent, on entre ainsi dans une nouvelle réalité moins objective et plus viscérale du ou des personnages.

Qu'elle soit d'écran ou de fosse, la musique peut être également de deux types, empathique ou anempathique.

Empathique

La musique est en adéquation avec les images, elle renforce ainsi les émotions que le réalisateur veut nous faire ressentir

An-empathique

Là, en revanche, il y a un contraste marqué entre les images et la musique, par exemple des images très violentes sur une musique douce. Cela sert généralement à marquer l'aberration de l'image ou encore la folie.

Voici deux exemples :


Voilà pour ce qui est de cet article sur le son au cinéma ; j'espère qu'il aura été clair et qu'il vous sera utile pour vos prochaines mises en scène ou analyses.

Sinon, comme d'habitude n'hésitez-pas à me faire part de vos avis ou questions dans les commentaires, je me ferais une joie d'y répondre sur cet article.

Romain









24 Commentaires


  1. Merci pour cet article, cette catégorisation des différents sons est importante à comprendre je pense, et elle peut donner des idées sympas d’utilisation.

    Comprendre ces différences permet de se poser des questions comme « vais-je choisir une musique empathique ou an-empathique », et donc de ne pas trop agir à l’instinct ;)

    D’ailleurs un article sur les différents choix, leur impact, etc… c’est-à-dire un article moins « technique » et plus « artistique » serait assez intéressant je pense :)


  2. Merci Laurent pour ton commentaire :) .

    En effet le choix de la musique est important dans la mise en scène du film, beaucoup d’émotions et de sens passent par le vecteur sonore.


  3. Super jaime laselection ! =)


  4. cela dit il y a un bug avec la pub automatique


  5. Merci pour cet article! sincèrement. J’ai beau adorer le cinéma, je n’étais vraiment pas au courant de ces termes et significations.
    Bien joué pour les extraits choisis.
    Tweet + Rss direct


  6. @Yves : Lerci Yves de m’avoir souligné ce problème, il est maintenant réglé ;)

    @bouscape : Merci beaucoup pour ton commentaire, ça me fait chaud au coeur et me donne la force pour continuer à écrire de nouveaux articles.


  7. Est-ce que la musique ne souligne pas aussi le rythme d’une scène (plus ou moins rapide) ?


  8. lyly

    Pour le son an-empathique il peut aussi servir à banaliser une action. Ex: Réservoir dogs de Quentin Tarantino (séquence dans le garage). Banalisation de la violence par la douceur de la musique :)
    La musique était utilisée aussi sur les films muets pour donner une émotion particulière et éviter l’ennui. Elle était très importante Ex: Charlot « The kid »
    A la base, dans les toutes premieres projections, la musique était jouée au piano (précision anecdotique bien sur)
    @lulunature: elle peut dans les films d’action, d’aventure… Les scènes où les protagonistes courent par exemple.


  9. Salut Lyly,

    Tu as tout à fait raison, j’ai d’ailleurs failli prendre l’extrait de réservoir dogs pour l’exemple sur le son an-empathique ^^.


  10. J’ai appris les appellations exactes donc merci ! C’est vrai que le son n’est pas ce qui marque en premier au ciné, mais pourtant il suffit de le supprimer pour se rendre compte de son importance. C’est justement ce qu’il y a d’intéressant dans le son, c’est le meilleur moyen d’induire des émotions et réactions au spectateur plus ou moins à son insu.


  11. Salut Squizzz.

    Oui le son est subtil et inconscient et avant de faire des courses d’analyse sonore, j’avais beaucoup de mal à me rendre compte du pouvoir de ce dernier.


  12. Des fois, le son brille aussi par son absence. Je me rappelle d’un épisode de Buffy (ouah, la référence qui tue vous me direz) où la musique était absolument absente. Il s’agit de l’épisode de la mort de la mère de Buffy, et l’effet a permis d’augmenter l’intensité dramatique de l’histoire.


  13. En effet Roman, l’absence de son créé un certain choc chez le spectateur habitué à ce dernier.


  14. Et le meilleur son est celui qui sait se faire oublier. Celui dont on vient à oublier l’existence, mais dont l’absence nuirait grandement au film.

    On en vient à l’oublier, cette musique de l’exorciste, quand on le regarde… que serait ce film sans elle ?


  15. Salut Romain !

    Merci pour cet éxcellent article, j’ai appris d’avantage de terme et d’astuces grace à celui-ci.

    En revanche, dommage que tu n’es pas parlé des termes  »diégétique » et  »extradiégétique » pour la musique.

    J’ai connu ces deux termes dans le livre  »écrire un scénario pour le cinéma » de Franck Haro que je recommande fortement !

    C’est la bible en la matière, expliqué comme une sorte de guide de A à Z toute les étapes à la création du scénario. Et une section du livre parle justement de la musique et de ces termes (diégétique et extradiégétique)

    Merci pour cet article Romain !

    Bonne continuation


  16. Wadd Kaffo

    Bonjour Romain,
    J’aime beaucoup ce cours sur le son parce que tu nous expliques bien les notions et elles nous paraissnt claires. Merci beaucoup et bonne continuaton, tu fais vraiment de l’excellent travail sr ce site.

    Wadd


  17. erik

    Juste pour signaler qu’il y a une image subliminale à caractère pornographique dans l’extrait de Scareface sur la fin de la séquence. On y voit le sexe d’un homme en gros plan. J’ai failli l’utiliser avec mes élèves, heureusement que je me suis repassé le clip à plusieurs reprises.


  18. LaP'titeNote

    Super cet article, merci pour ma recherche en musique !


  19. franck ngonga

    merci beaucoup pour cet article riche sur le son et la musique au cinema,mais j ai tout de meme une question:comment on peut analyser une image d un film?


  20. Sophie

    Pour le son over/OFF, j’ai un peu de mal…
    qu’est-ce qui est sensé représenté un son over dns la vidéo ?


  21. Ca fait toujours plaisir de découvrir ce genre d’informations. A croire que j’ai des choses à apprendre dans le domaine même si mon fort c’est réaliser des documentaires mais ça s’en rapproche. Je dévore les films quand même comme tout grand cinéphile qui se respecte.


  22. Ulysse Emilien

    MERCI BEAUCOUP


  23. Ulysse Emilien

    J’aime



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>